France, "Mon fils-est il gay"la nouvelle application sur Iphone

En France les applications sur Iphone sont de plus en plus divers. Il y a seulement dix jours que l’application « Juif ou pas juif ? » est sortie et elle avait engendré un tollé mi-septembre. Intitulée « Juif ou pas juif ? » est disponible sur l’iPhone d’Apple, elle a été vite supprimée. Elle permettait d’obtenir une liste de 3.500 célébrités d’origine ou de religion juive. 

Maintenant on parle de une nouvelle application: « Mon fils est-il gay ? ». Il s’agit d’un programme destiné aux téléphones dotés du système Android de Google, qui s’adresse aux mères qui veulent savoir si leur fils est homosexuel. Pour répondre à la question, le logiciel pose 20 autres interrogations  préalable comme « votre fils aime-t-il bien s’habiller ? Aime-t-il bien le foot ? S’est-il déjà battu ? A-t-il une meilleure amie ? »… Deux solutions possibles après le questionnaire : « Vous n’avez pas de souci à vous faire, votre fils n’est pas gay », ou « Inutile de vous voiler la face, votre fils est gay. Acceptez-le, sachez que ce n’est pas un choix de sa part ».
L’application a provoqué l’indignation dans la communauté homosexuelle. Plusieurs associations ont exprimé leur mécontentement dans la sphère médiatique. Louis-Georges Tin, du Comité IDAHO (International gay against homophobia & trans) explique : « C’est un outil idiot et odieux, avec des questions caricaturales. Si l’enfant est gay, c’est la catastrophe, sinon, c’est le soulagement. Ça donne un outil de flicage aux homophobes ». Christine Le Doaré, du centre LGTB (lesbie, gay, bi et trans), estime quant à elle : « C’est stupide et scandaleux. C’est très triste que des parents préfèrent télécharger cette application plutôt que de parler avec leurs enfants. Je pense qu’elle va être retirée assez vite, sinon, il va falloir envisager de porter plainte ».
Du côté de Google France, on se défend d’une telle initiative. « Les applications ne sont pas filtrées avant d’être publiées sur Android Market, une plate-forme ouverte sur laquelle les développeurs peuvent publier leurs applis facilement et rapidement. Elles ne sont retirées qu’après avoir été signalées et revues au cas par cas, ce qui est le cas de cette application, qui est en train d’être revue par nos équipes ».

Fabio Chiarini