Même les sans-abris prennent l’avion

En revenant vers la sortie et en marchant sur le pont, je regarde attentivement les statues, et même elles semblent être «tolérantes». Il y a une couple d’hommes, un couple de femmes, un groupe d’hommes et de femmes, et des personnes seules. Je me perds dans mes réflexion en regardant au-delà du pont, dans la direction de la lumière du soleil, et réfléchit sur la façon dont les gens sont concernés par les préjugés, mais en faisant attention à des choses plus importantes, comme les guerres, les catastrophes naturelles, etc.

J’ai un rendez-vous avec Erik à 16h30. Je prends un autre chemin que celui que j’ai pris avec Mats et longe tout le quartier riche “Frogner” et j’arrive à la Bibliothèque nationale. J’entre et je demande si par hasard ils font des expositions photographiques. Le bibliothécaire me montre un long couloir utilisé pour des artistes émergents. Parfait!

Je profite de la connexion Internet. Une astuce pour les voyageurs: Pour ceux qui veulent utiliser Internet, les bibliothèques publiques sont un excellent moyen de surfer gratuitement.

En poursuivant sur la seule voie de villas et cottages, j’entends le son d’une Maserati, et peu après une petite corvette décapotable rouge me renverse presque !

Une chose à retenir: ne jamais traverser la rue comme à Rome.

Mes amis sont toujours inquiets quand je dois traverser la rue et quelqu’un m’a même tiré en disant que je vais me faire tuer par une voiture quand je traverse la rue!

A la fin de l’avenue il ya Aker, le quartier où ils ont construit le port d’Oslo et où se trouvent les ferries pour les fjords.

Juste en face du port se trouve le Palais pour le Prix Nobel de la Paix, qui est juste en dessous d’un groupe de personnes en train de manifester.

Je suis un peu déçu parce que le bâtiment est assez triste et gris, ressemble au style de la période du fascisme.

J’arrive à la gare avec une demi-heure en retard, mais Erik m’a dit qu’il était en retard aussi, et il est arrivé il y a dix minutes.

Erik me fait remarquer qu’il y a aujourd’hui une grève de la sécurité dans les aéroports à partir de 20h00. Des vols intérieurs ont été annulés à partir de ce moment-là et il peut y avoir quelques pertubations. Je m’en fiche, car à 20h05 mon avion sera dans l’air. Toutefois Erik m’a conseillé de partir tôt pour ne pas être perturbé ou pire manquer l’avion. Ce ne serait pas la première fois!

Nous rentrons donc à la maison, je termine mes bagages et Erik m »emmène en voiture à la station ferroviaire pour prendre le train express qui mène à l’aéroport principal.

Heureusement je n’ai eu aucun problème et je dois m’enregistrer dans la machine en tapant le code du vol et après l’impression du billet d’embarquement, je vais faire enregistrer mes bagages et ma valise.

J’arrive à 19 avec calme et j’attendre l’appel pour le vol.

A côté de moi se trouve une jeune fille étrange, avec un t-shirt troué et un petit puant. Elle traine une valise minable et une cage avec un chat, à première vue on dirait un sans-abri, mais un sans-abri qui vole, je n’ai encore jamais vu ça.

De l’autre côté deux vieilles dames, à l’inverse, sont bien vêtues et discutent entre elles.

Je me tourne vers elles pour leur demander si sur ce vol on servira des boissons ou un dîner. Il semble évident qu’elles ne me comprennent pas et elles pensent que je leur demande de confirmer le vol, donc je hoche la tête et je me dirige vers le steward qui est arrivé entre temps, sans même annoncer le vol, et il me répond que pendant le vol on offrira du café ou du thé que, le reste, même les boissons gazeuses sont en sus.

Il annonce le vol et j’attends un peu ce que les files d’attente réduisent, et je reste donc assis, mais soudain un autre steward se trouve au guichet juste en face de moi, alors je me lève et en un seul clic de main de gymnaste je présente ma carte d’embarquement et j’éviter la file d’attente, encore des kilomètres. Génial !

Je prends l’International Herald Tribune et le Daegen Nyheter, le journal suédois, pour  lire les news et exercer mon suédois avant d’arriver en Suède. Parmi les différentes nouvelles, je découvre qu’Hilary Clinton était à Copenhague hier et aujourd’hui viendra à Oslo pour discuter des problèmes politiques en Syrie.

Stoccolme j’arrive!

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...