Uppsala, retour vers le Sud !

Je me réveille à 5h00 du matin. Fredrick est sous la douche, prend le temps de se raser … pendant plus ou moins une demi-heure … J’en profite pour rester sous les draps un peu plus longtemps. Quand mon tour est venu, je prends une douche rapide et je suis prêt en 5 minutes. Nous avons mis nos bagages – tous les cadeaux et les bideblots qui iront dans le nouvel appartement – dans la voiture de la mafia. Nous avons un thermos plein de café et des Kanelbulle chauds. Je suis reconnaissant aux parents de Fredrick pour leur fantastique hospitalité; nous sommes prêts à repartir!
Les chansons de l’Eurovision comme d’habitude nous escortent durant le retour de ce voyage fantastique. C’est une belle journée, le soleil est déjà fort à 7h00!
FIKA, pause-café à Umeå. Nous passons devant un cirque et nous nous rapprochons pour voir les chameaux dans l’enclos. J’avoue à Fredrick que je suis contre les cirques avec des animaux parce que j’ai entendu des choses abominables à ce sujet. Je pense qu’il est juste que les animaux sauvages restent dans leur habitat naturel plutôt que d’être roués de coups et de vivre dans un enclos. Je préfère de loin un cirque comme le Cirque du Soleil où il n’y a pas d’animaux, et en plus, le cirque est plein de talents. Fredrick soutient ma point de vue en me donnant un clin d’oeil, et nous en profitons pour faire un autre tour de la ville en voiture.
Il me dit que, il y a des décennies, un incendie a brûlé toute la ville, seuls deux bâtiments ont échappé aux flammes. La plupart des bâtiments ont été construits en bois de bouleau, d’où le nom “Umeå Björkarnastad,” la ville des bouleaux. L’un des bâtiments qui a survécu à l’incendie, Skrinskavillan, était une villa appartenant à un médecin, et est actuellement utilisé pour des événements comme des soirées privées, des mariages, et des concerts. Fredrick l’appelle “The Pink House” en raison de sa couleur extérieure et aussi parce que une fois par mois elle organise une fête gay.
Après avoir vu la Cour d’appel et la mairie nous laissons derrière nous la ville pour revenir vers le Sud. Nous passons à nouveau le “Högankustenbro”, le plus haut pont de Suède. Cette fois avec un ciel clair, le site est d’autant plus net, et je peux voir le Högankustenpark, le parc national sur la côte nord.
Pendant notre voyage, nous passons devant une sculpture, un Y, dans Timrå. L’artiste Bengt Lindström a créé un magnifique point de contact pour tous ceux qui passent. En fait, c’est sur la “E 4” à l’entrée de l’aéroport Midlanda. Pendant un moment, je suis frappé par les couleurs éclatantes – jaune, vert, rouge, bleu, et blanc – et par la hauteur – près de 30,5 mètres –; la superficie est de 800 mètres carrés. La sculpture est isolée des autres monuments et peut être vue par tous ceux qui passent par là. La lettre «Y» représente en soi un point de repère important, un symbole de liberté; ça ressemble à un géant, étendant les mains vers le ciel dans la joie, un symbole de la victoire et de la liberté, ou il peut aussi être interprété comme un arbre puissant, symbolisant un avenir positif pour la région de Västernorrland. J’ai lu dans le guide en suédois que la sculpture a été inaugurée en Septembre 1995 et elle pèse 700 tonnes.
Nous faisons une pause à Sundvall; nous sommes à mi-chemin déjà. Nous nous arrêtons pour admirer cette belle ville qui est la quatorzième plus grande ville de Suède. La ville est la capitale de Västernorrland et surplombe le golfe de Bothnia, la partie nord de la mer Baltique: nous sommes dans la partie du centre de la Suède. Il y a encore 395 km de Stockholm.
Fredrick n’arrête pas de parler; il m’abreuve d’informations; il est parfait pour les voyages et effectivement quand une personne parle, ça m’amène à parler aussi et à partager mes propre opinions. Mais au bout de 4 heures, je suis fasciné et surpris d’avoir tant parler! Quoi qu’il en soit, Fredrick est un excellent compagnon de voyage, parfois je le taquine , en lui disant de se taire pendant un moment, mais ensuite je souris et il se rend compte que je plaisante.
Nous arrivons à Uppsala à 5h30 de l’après-midi; avant de nous diriger vers le centre nous nous arrêtons pour dîner au Max, c’est maintenant devenu une habitude. Avec Mats je me suis habitué à la Boulangerie Unie, avec Fredrick c’est certainement Max. Je me souviens que lors de nos conversations avec Inger je lui ai dit que j’ai goûté les hamburgers au Max et que j’ai beaucoup aimé. Elle a avoué qu’elle préférait un autre fast food suédois nommé Sybille! A ce moment j’ai pensé que Sybille était le fast-food favori pour les lesbiennes, alors que Max l’était pour les gays!
Je laisse Fredrick décider; il commande un triple cheeseburger avec des frites et des oignons frits à partager – je n’ai personne à embrasser – et une sauce extra!
(translate by Didier Claireau)